Sous l’égide de la Maison de l'Emploi du Blaisois, 18 partenaires se sont associés pour favoriser l’emploi des saisonniers. Pour valider les options et recueillir les éléments permettant de créer des boucles saisonnières, une enquête a été réalisée auprès des entreprises de l’agriculture et du tourisme principalement, sur le périmètre du Pays des Châteaux.

Télécharger l'étude : Trans VaLoire, "Les métiers saisonniers réunis"

La conjoncture du début de l’année 2013 est à l’image du temps : maussade. Poursuivant sur la tendance baissière de la fin 2012, l’activité départementale a fléchi au 1er trimestre, davantage que précédemment. En attestent des chiffres d’affaires se situant plus de 3 % en-dessous de leur niveau du 1er trimestre 2012. Le retournement est brutal dans le Centre (- 6,7 %) et en France
(- 5,5 %) ; au trimestre précédent, en effet, ces territoires affichaient une très légère augmentation, alors que le repli était déjà amorcé en Loir-et-Cher.

voir la suite dans l'Observatoire de la Conjoncture

Un répertoire des actions de prévention en santé en Vendômois

Saviez-vous qu’une cinquantaine de structures locales interviennent en Vendômois dans le champ de l’information ou de la prévention en santé ?

L’Observatoire vient de finaliser un Répertoire de ces acteurs et de leurs initiatives. Il est destiné aux professionnels, aux associations du secteur social et de la santé, aux élus et plus largement au grand public. Initié dans le cadre du Contrat local de santé récemment signé en Pays Vendômois, il vise à mieux faire connaître ces actions et à faciliter la mise en réseau des professionnels.

Ce guide pratique présente les initiatives par thématique, par public et par organisme porteur. Y figurent des informations précises sur l’activité des acteurs, leurs lieux d’accueil du public ou leurs horaires d’ouverture par exemple.

Télécharger l'étude

Analyse réalisée sur la base de 209 réponses exploitables

Un climat encore très sombre, quelques signes encourageants

L'activité du début d'année a été particulièrement malmenée, l'intensité plus forte de la baisse des chiffres d'affaires en portant témoignage. Les nouveaux clients sont de plus en plus difficiles à accrocher. Il en résulte un report des investissements et dans un certain nombre de cas, des efforts d'innovation ; toutefois, une entreprise sur 2 les a maintenus. La diminution des besoins en personnel se traduit toujours par une contraction des postes temporaires, mais aussi par une diminution des effectifs permanents.

Quelques signes encourageants apparaissent toutefois. Ils sont certes encore très ténus et ne concernent pas tous les secteurs, ni l'ensemble des entreprises. Il est bien évidemment trop tôt pour parler de redressement, d'autant que le contexte national et international n'incite guère à un optimisme béat.

C'est dans les services qu'une amélioration semble se dessiner pour les prochains mois. Ainsi, on constate une détente sur les délais de règlement des factures, tant du côté des fournisseurs que des clients ; des postes non permanents ont été plus fréquemment créés et ce mouvement devrait s'accélérer dans les mois qui viennent, en liaison avec des carnets de commandes qui se regarnissent et un regain attendu d'activité. Un bémol toutefois : les difficultés financières y sont plus marquées.

Dans une moindre mesure, l'industrie se trouve sur une ligne proche. En revanche, la tendance à la réduction des effectifs permanents s'est poursuivie. Les besoins en emplois supplémentaires, quelle qu'en soit la nature, ne semblent pas croître à court terme, en dépit d'une amélioration prévisible de l'activité au vu des commandes engrangées.

Le commerce de gros apparaît comme le secteur pour lequel la visibilité est la plus faible. Tributaire des autres activités, il est sans doute encore plus sujet aux contrats de dernière minute. Cette incertitude permanente pèse sur le moral des dirigeants. De surcroît, la baisse du chiffre d'affaires a concerné la part la plus élevée d'entreprises. En revanche, les salariés permanents ont pu être conservés jusqu'à présent chez la plupart des répondants.

La construction souffre. Cela était perceptible déjà en fin d'année 2012, mais la situation paraît plus périlleuse. Moins du fait de l'effondrement des commandes, qui ne transparaît pas vraiment, que de l'étranglement financier qui guette : les entreprises doivent payer leurs fournisseurs plus vite tandis que leurs clients font davantage traîner les factures. Cette fragilisation est également visible dans la contraction des effectifs permanents. Les soldes d'opinion montrent globalement que l’on se dirigerait plutôt vers une amélioration, au moins au niveau des entreprises (carnets). Ce n'est pas encore le cas pour la conjoncture globale (2ème solde le plus négatif depuis l’origine de l’enquête).

lire la suite en téléchargement

L'Observatoire vient d'identifier les différents acteurs de la filière déchets en Loir-et-Cher (collecte et traitement), qu'il s'agisse des entreprises, des associations ou des collectivités locales impliquées dans ce domaine.

Ce travail a été réalisé dans le cadre d'un partenariat avec la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Loir-et-Cher, l'ADEME et le Conseil Général de Loir-et-Cher.

Pour en savoir plus…
Télécharger l'étude

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.