Covid 19 : bilan de l'arrière-saison touristique

Depuis mai, afin d’évaluer les conséquences de la CODIV-19 sur l’activité touristique du territoire, le Comité Régional du Tourisme Centre-Val de Loire, dans le cadre d’un vaste partenariat (agences départementales du tourisme, Tours Métropole, Observatoire de l’Économie et des Territoires, réseau des CCI Centre Val de Loire) interroge les acteurs du tourisme et les activités de loisirs de la région.

Du 4 au 16 novembre, une quatrième enquête s’est penchée spécifiquement sur l’arrière-saison 2020. L’Observatoire, en collaboration avec l’Agence de Développement Touristique Val de Loire - Loir-et-Cher, fait le point sur la situation dans le département.

199 structures (14,6 % des établissements contactés) ont partagé leur regard sur l’arrière-saison touristique stoppée net par le deuxième confinement.

Une arrière-saison mitigée avec une clientèle affaires et groupes absente, des contraintes sanitaires pesantes, un chiffre d’affaires et des réservations encore en recul, le constat est presque le même pour tous. Le pessimisme s’enracine chez les professionnels très impactés par le rebond de l’épidémie de la COVID-19 et le second confinement.

 Quelques enseignements en synthèse :

  • Une moitié seulement de répondants satisfaits de leur arrière-saison
    Les prestataires touristiques font état d’une arrière-saison très contrastée d’un établissement à un autre : autant de satisfaits que de mécontents. Ce bilan mitigé est néanmoins meilleur que celui constaté en région où les 3/4 des répondants se déclarent déçus de la fréquentation enregistrée au cours du mois d’octobre. L’activité touristique est en repli par rapport à l’année dernière. 46 % des répondants ont enregistré moins de 75 % de leur volume de fréquentation habituel à cette période. Seul un tiers environ a bénéficié d’une fréquentation égale ou supérieure à l’an dernier.
  • Des mesures sanitaires qui pèsent lourdement
    6 répondants sur 10 affirment avoir ressenti un ou plusieurs effets de ces mesures sur leur activité : diminution de la jauge d’accueil, fermeture provisoire de leur établissement…
  • Le tourisme d’affaires et de groupes absent
    Si la clientèle individuelle loisirs semble néanmoins s’être maintenue, les répondants s’accordent massivement sur le recul très marqué de la clientèle affaires et des groupes.
  •  Un chiffre d’affaires qui semble encore en recul
  •  Des réser vations au point mort pour les vacances de Noël
    Plus de la moitié des professionnels estiment que leur volume de réservations enregistrées est très inférieur à celui de l’année dernière. Pour 37 %, le planning des réservations est vide.
  • Quel avenir ?
    Près de 6 répondants sur 10 expriment un fort niveau de crainte quant à la pérennité de leur entreprise. Pour 11 d’entre eux (7 %), l’impact peut être imminent.
  • Des conséquences directes sur l’emploi.
    Si la quasi-totalité des professionnels ayant répondu ont réussi à maintenir l’emploi, 1 sur 5 a dû poursuivre les procédures de mise en chômage partiel.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.