Unités urbaines et aires urbaines

Deux nomenclatures sont produites par l'INSEE, et reflètent deux approches distinctes qui ont cependant des liens : la première, celle des unités urbaines, se réfère à la continuité du bâti, la seconde, celle des aires urbaines, vise à prendre en compte des territoires reliés à la ville, non par la continuité du bâti, mais par une pratique résidentielle des habitants travaillant dans la ville. Les analyses de l'urbanisation comparent donc dans le temps les données de l'une des deux nomenclatures.

 

Unités urbaines et notion de population urbaine / population rurale

On appelle population urbaine la population qui réside dans une unité urbaine ; la population résidant en dehors est qualifiée de population rurale. En mai 2011, l'Insee a publié le découpage des unités urbaines 2010.

Une unité urbaine est une agglomération de population, définie comme un ensemble d'habitations telles qu'aucune ne soit séparée de la plus proche de plus de 200 mètres, et abritant au moins 2 000 habitants. Si une agglomération de population s'étend sur plusieurs communes, l'ensemble de ces communes forme une agglomération urbaine. Si l'agglomération s'étend sur une seule commune, celle-ci est une ville isolée. Toutes les communes appartenant à une unité urbaine sont considérées comme urbaines. Les autres communes sont classées comme rurales.
Pour chacune des agglomérations multi-communales, un «centre » a été défini. Si une commune représente plus de 50 % de la population de l'unité urbaine, elle est seule ville centre. Dans le cas contraire, toutes les communes qui ont une population supérieure à la moitié de celle de la commune la plus importante sont villes centres. Les communes qui ne sont pas villes centres constituent la banlieue de l'unité urbaine.

  • En 2012, le Loir-et-Cher compte 183 000 habitants dans ses communes urbaines et 149 000 dans ses communes rurales (respectivement 55 % et 45 %).
  • Globalement, entre 1999 et 2012, la population urbaine de Loir-et-Cher a augmenté de 6,1 % alors que la population rurale a progressé de 4,4 %.
  • Cette évolution s’explique essentiellement par l’extension géographique des périmètres urbains qui absorbent de nouvelles communes, auparavant qualifiées de rurales. Ces communes, au nombre de 7, totalisent plus de 11 500 habitants et ont connu une très forte croissance démographique depuis 1999 (+ 20,0 %). En revanche, les territoires déjà considérés comme urbains en 1999 perdent, globalement, 0,6 % de leur population.
  • La croissance de l’urbanisation en Loir-et-Cher se réalise par l’extension géographique de ses périmètres et non par leur densification de population.
  • La faible progression de la population rurale s’explique uniquement par le retrait des 7 communes désormais qualifiées d’urbaines. Sans cette modification de périmètre (c'est-à-dire si le périmètre 1999 était resté inchangé) la population rurale progresserait de 12,5 %.

 

Population urbaine

  • 1999 : 38 communes, 172 290 habitants
  • 2012 : 45 communes, 182 773 habitants
  • Évolution 1999-2012 : + 6,1 %

Effet du nouveau découpage sur le poids de la population urbaine

 Découpage 1999Découpage 2010
Nb de communes 38 45
Population 1999 172 290 181 944
Population 2012 171 189 182 773
Evolution de la population à périmètre constant - 0,64 % + 0,46 %

Source : Insee, RP 1999 et 2012

 

Population rurale

  • 1999 : 253 communes, 142 643 habitants
  • 2012 : 246 communes, 148 883 habitants
  • Evolution 1999-2012 : + 4,4 %

Effet du nouveau découpage sur le poids de la population rurale

 Découpage 1999Découpage 2010
Nb de communes 253 246
Population 1999 142 643 132 989
Population 2012 160 467 148 883
Evolution de la population à périmètre constant + 12,50 % + 11,95 %

Source : Insee, RP 1999 et 2012

 

Les communes nouvellement considérées comme urbaines par l’Insee

Commune19992012Evolution 99-12 (en nb)Evolution 99-12 (en %)
Bonneveau 465 494 + 29 + 6,2
Chailles 2 019 2 562 + 543 + 26,9
Fresnes 808 1 130 + 322 + 39,9
Muides-sur-Loire 1 158 1 348 + 190 + 16,4
Nouan-le-Fuzelier 2 318 2 362 + 44 + 1,9
Saint-Dyé-sur-Loire 944 1 119 + 175 + 18,5
Villebarou 1 942 2 569 + 627 + 32,3
Ensemble 9 654 11 584 + 1 930 + 20,0

Source : Insee, RP 1999 et 2012

 

Les aires urbaines

  • En 2010, 160 communes du Loir-et-Cher (55 %) sont rattachées à l'une des 12 aires urbaines identifiées par l'Insee comme présentes sur le département.
  • Le découpage 2010 du territoire en aires urbaines voit celle de Romorantin passer du statut de grande aire urbaine à celui de moyenne aire urbaine, ceci est dû à la baisse du nombre d'emplois sur le pôle de Romorantin.
  • L'extension des aires urbaines de Tours (qui vient toucher le Loir-et-Cher) et d'Orléans (qui s'étend sur 18 communes du Loir-et-Cher) ne se fait pas au détriment de l'aire de Blois (+ 11 communes) qui gagne des habitants (+ 9 %).
  • Vendôme, desservie par le TGV et proche de villes dynamiques de l'axe ligérien, est la seule aire urbaine entre 20 000 et 50 000 habitants de la région dont la couronne progresse fortement (+ 6 communes, + 17 % d'habitants).

Une aire urbaine est un ensemble de communes d'un seul tenant et sans enclave, constitué par :

  • Un pôle urbain, qui est une unité urbaine offrant au moins 5 000 emplois
  • Une couronne périurbaine composée de communes rurales ou unités urbaines dont au moins 40 % de la population résidente possédant un emploi travaille dans le reste de l'aire urbaine (le pôle ou les communes attirées par celui-ci).

Dans le zonage en aires urbaines de l'INSEE, on trouve d'autres éléments que les aires urbaines. Ainsi, les communes multipolarisées sont des communes ou unités urbaines dont 40 % ou plus des actifs résidents vont travailler dans plusieurs aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule d'entre elles. Un espace urbain multipolaire est un ensemble d'un seul tenant de plusieurs aires urbaines et des communes multipolarisées qui s'y rattachent.
L'espace à dominante urbaine regroupe l'ensemble des aires urbaines et des communes multipolarisées.
L'espace à dominante rurale est constitué de l'ensemble des communes n'appartenant pas à l'espace à dominante urbaine. Cet espace comprend à la fois des petites unités urbaines et des communes rurales.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.