AccueilSocial et santéPrécarité

Recommander Imprimer

Précarité

Plus de 40 000 habitants en situation de pauvreté.

12,2 % des habitants du Loir-et-Cher vivent en dessous du seuil de pauvreté contre 14,3 % en France métropolitaine. Le département se classe au 22e rang national. 



La population sous le seuil de pauvreté

Des territoires plus affectés par la précarité

Les allocataires à bas revenus

Les allocataires de minima sociaux

La population sous le seuil de pauvreté

  • Entre 2006 et 2011, le Loir-et-Cher compte près de 3 800 personnes supplémentaires en situation de pauvreté, soit une hausse de 10 % en 5 ans.

Evolution du taux de pauvreté


D'après source : Insee, Revenus disponibles localisés 2006 à 2011


  • Les ménages pauvres vivent davantage en zone urbaine (14,7 % contre 9,3 % en zone rurale).
  • Les familles monoparentales sont les plus exposées (plus de 30 % d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté. Cette proportion est sensiblement inférieure cependant à celle observée au niveau national  (33 %).
  • Au total 19 % des enfants du Loir-et-Cher vivent au sein d'une famille pauvre.

Ces caractéristiques sont assez similaires à celles observées pour la France métropolitaine.

  • Le département enregistre moins de ménages pauvres parmi les plus âgés (5 points de moins qu’en moyenne départementale). La proportion de bénéficiaires du minimum vieillesse figure d’ailleurs parmi les plus faibles de métropole (2e rang des départements avec moins de 19 bénéficiaires pour 1000 personnes âgées de 60 ans ou plus (contre 34 ‰ en France métropolitaine).
  • Le niveau de vie médian des personnes sous le seuil de pauvreté est de 797 € par mois en 2011 (790 € en France métropolitaine).


Taux de pauvreté selon la composition familiale en 2011


D'après source : Insee, Revenus disponibles localisés 2011



Taux de pauvreté selon l'âge en 2011


D'après source : Insee, Revenus disponibles localisés 2011


Taux de pauvreté : Il correspond à la proportion d'individus dont le niveau de vie est inférieur pour une année donnée à un seuil, dénommé seuil de pauvreté (exprimé en euros).
Le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. Il est de 977 € pour une personne seule en 2011.

Des territoires plus affectés par la précarité

  • La précarité est un phénomène prioritairement urbain du fait de la concentration d'habitat social et de la présence de nombreux services d'accueil et d'accompagnement des personnes en situation de précarité. C'est donc sur Blois, Vendôme et Romorantin-Lanthenay que l'on rencontre la plus forte proportion de ménages cumulant un ensemble de difficultés économiques et sociales.
  • C'est également le cas de la majeure partie de la Vallée du Cher et dans deux secteurs frappés par une perte de vitalité économique et démographique : autour de Salbris et dans le Perche en bordure de la Sarthe.


Carte Indicateurs SociauxCarte de synthèse des principaux indicateurs sociaux


Les allocataires à bas revenus


Evolution du nombre d’allocataires CAF à bas revenus en Loir-et-Cher au 31 décembre

 

D’après source : Caisse d’allocations familiales


  • 16 048 allocataires CAF à bas revenus en 2012 en Loir-et-Cher, soit une hausse de près de 4 % en un an (+ 612 allocataires).
  • En moyenne, on compte dans le département 32 allocataires à bas revenus pour 100 allocataires CAF et 161 allocataires à bas revenus pour 1 000 ménages de moins de 65 ans.
  • Les situations de pauvreté sont plus nombreuses en proportion dans les communautés de Romorantin et de Vendôme.

Carte de la part d'allocataires à bas revenus

Sont considérés comme ménages à bas revenus ceux qui perçoivent moins de 60 % du revenu par unité de consommation médian (soit moins de 964 euros en 2011). Le revenu pris en compte est le revenu mensuel disponible avant impôt, comprenant les ressources propres (revenus d'activité, allocations chômage, pensions, retraites, autres revenus imposables) et les prestations versées par la CAF. Pour pouvoir tenir compte des économies d'échelle, ce revenu global mensuel est rapporté au nombre d'unités de consommation (UC) du ménage, selon l'échelle d'équivalence ainsi définie : l'allocataire compte pour 1 UC, les autres adultes et enfants à charge de 14 ans et plus comptent pour 0,5 UC, les enfants à charge de moins de 14 ans comptent pour 0,3 UC. Un ajout de 0,2 UC est effectué dans le cas d'une famille monoparentale. Les revenus des personnes de 65 ans ou plus et des allocataires étudiants ne rentrent pas en compte dans le dénombrement des allocataires à bas revenus.


Les allocataires de minima sociaux

Plus de 15 000 allocataires de minima sociaux

  • Le département comptait 8 155 allocataires du RSA fin 2012, soit une hausse de 6,8 % en un an (+ 5,1 % en France métropolitaine). En ajoutant les ayants-droit, ce sont plus de 18 000 personnes qui en bénéficient, soit 5,5 % de la population. Le Loir-et-Cher se classe ainsi au 38ème rang de France métropolitaine.
  • Plus de 4 600 personnes bénéficient de l’Allocation adultes handicapés.
  • 1 700 personnes perçoivent le minimum vieillesse.



    To apply for Payday Loans In United States you don't have to seek the help of relatives or go to a bank. In this section we give only a brief summary recommendation for admission of Levitra. Full information can be found in the instructions for receiving medications with vardenafil.