Adressage 300

La qualité de l’adressage des communes est notoirement insuffisante. Les conséquences peuvent être bloquantes en terme de transport ou de déploiement de la Fibre voire dramatiques en terme de secours. L’Observatoire propose d’accompagner les communes du département qui le souhaitent dans la réalisation de leurs plans d’adressage ainsi que dans la remontée de ces informations vers la Base Adresse Nationale.

 

Des enjeux forts

Dans le cadre du déploiement en cours du Très Haut Débit par Val de Loire Fibre pour le compte du SMO Val de Loire Numérique, chaque bâti du territoire doit disposer d'une adresse "normée" pour être raccordé à la Fibre.

Le véritable enjeu est en fait bien plus large : accès facilité et plus rapide des services d’urgence, sécurisation des livraisons de biens et services, efficacité des services publics, activité des entreprises, …

Or la qualité de l'adressage en France, et plus particulièrement dans nos zones rurales, est actuellement très insuffisante : selon les territoires, on considère que de 50 à 70 % des bâtis ne sont pas ou sont mal adressés. C'est le cas le plus souvent des écarts, des lieux-dits, des zones d'activités.

 

Comment faire

L'adressage est de la responsabilité des maires. Il consiste à nommer chaque voie publique ou privée ouverte à la circulation et à numéroter chaque immeuble.
Cette opération nécessite une bonne connaissance du terrain et demande une mobilisation de moyens humains ainsi que de la méthode.
Mais à ce stade elle ne constitue que la moitié du travail !

Pour que l'adressage puisse être connu et utilisé avec exactitude par l'ensemble des acteurs publics (déploiement de la Fibre, La Poste, service du Cadastre, SDIS, INSEE, …), il est nécessaire (et désormais obligatoire) que toutes les adresses des communes soient référencées et localisées dans la Base Adresse Nationale (BAN). Cette base de données mutualisée a été mise en place en 2015 par IGN, La Poste, la Direction Interministérielle du Numérique (DINSIC) et OpenStreetMap France, rejoints par la DGFiP.

La remontée des informations d'adressage depuis les mairies jusque dans la BAN se fait au travers d'un outil web : le Guichet Adresse.

Important : L'ARCEP (Autorité de régulation des télécoms) a récemment décidé de l'utilisation systématique de l'identifiant adresse de la Base Adresse Nationale par les opérateurs chargés du déploiement de la Fibre. C'est le seul identifiant imposé par l'ARCEP ; le code HEXACLE établi par La Poste devenant de facto facultatif. Cette obligation s'applique à partir d'avril 2019.

 

Quel accompagnement

La mise à jour (voire la correction) de la BAN via le Guichet Adresse peut être réalisée directement par un élu ou un agent de la commune.
A l'usage, il s'avère cependant que cet outil, de type SIG, peut se révéler "assez complexe" à maîtriser pour les personnes dont ce n'est pas la spécialité. D'autre part, toutes les communes n'ont pas forcément conscience de la nécessité de cette remontée d'informations. Ces différents blocages font partie des enseignements tirés de l'enquête réalisée par l'Observatoire et l'association des maires 41 entre décembre 2018 et janvier 2019.

C'est pourquoi l'Observatoire a proposé de lancer conjointement avec l'association des maires et en partenariat avec l'association des secrétaires de mairie, le SMO Val de Loire Numérique et le SDIS une opération d'accompagnement des communes dans leurs opérations d'adressage. [Décision du CA de l'Observatoire du 17 janvier 2019]

Le périmètre exact de l'intervention proposée par l'Observatoire est en cours de définition au travers d'un travail exploratoire avec une commune test.

Il s'agit notamment d'établir précisément la méthodologie à mettre en place ; d'une part parce que le Guichet Adresse est depuis janvier 2019 dans sa version 2, qui n'a plus grand-chose à voir avec sa version précédente, et d'autre part pour bien valider les principaux cas de figure rencontrés dont le cas particulier des lieux-dits ou des écarts.

Il s'agit également de définir les niveaux d'accompagnement à proposer qui peuvent aller de la simple session de sensibilisation jusqu'à la prise en main intégrale des remontées vers le Guichet Adresse en passant par la demi-journée de formation à l'outil, la fourniture de cartes de travail et de listes d'adresses, etc.

 

Les modalités techniques et financières de cet accompagnement seront très prochainement diffusées aux communes.

 

Contact

Lionel HENRY (l.henry@observatoire41.com)

Christophe LEFERT (c.lefert@observatoire41.com)

Une observation fine des forces et fragilités de la population résidente : les enfants et leurs familles ; les jeunes, dont près d'un millier de moins de 25 ans non insérés ; la population adulte, plutôt très active dans un contexte de redémarrage timide de l'emploi avec présence de secteurs d'activité en tension ; le vieillissement, véritable enjeu pour le territoire.

Lire la suite...

A partir de Pâques 2019, le CRT lance sa nouvelle étude sur les clientèles touristiques, en partenariat avec les Agences départementales du tourisme et l'Observatoire de l'Economie et des Territoires.

L’enquête mobilisera près de 250 professionnels sur le territoire, représentatifs de l’activité touristique régionale : hébergements, sites, activités de loisirs et offices de tourisme.

Dans la continuité des enquêtes de 2010 et 2014, le CRT souhaite actualiser et affiner la connaissance des clientèles touristiques (touristes, excursionnistes et habitants). Cette étude permettra au CRT et à tous les partenaires d’élaborer et d’adapter leurs stratégies touristiques et d’orienter le plus finement possible leurs actions marketing.

Il est en effet nécessaire d’approfondir la connaissance des clientèles actuelles et émergentes, de connaitre leurs profils, d’évaluer leurs besoins et leurs habitudes en matière de consommation touristique. L’étude s’intéressera également à l’impact des nouvelles pratiques sur le comportement des clientèles (économie collaborative, « slow tourisme », etc.).

Cette étude aura lieu de Pâques à la Toussaint. Des questionnaires papiers et web seront diffusés auprès de 250 sites sur le territoire ; les personnes acceptant d’être recontactées recevront un questionnaire après leur séjour. Les résultats seront disponibles au 1er trimestre 2020, avec des focus thématiques ou infra-départementaux selon le nombre de réponses exploitables.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.