COVID-19 : suivi de l'impact sur le tourisme en Loir-et-Cher

Dès le mois de mai, afin d’évaluer les conséquences de l’épidémie du Coronavirus sur l’activité touristique du territoire, le Comité Régional du Tourisme Centre-Val de Loire, dans le cadre d’un vaste partenariat (agences départementales du tourisme, Tours Métropole, Observatoire de l’Économie et des Territoires, réseau des CCI Centre Val de Loire) a lancé une enquête auprès des acteurs du tourisme et des activités de loisirs de la région. Aujourd’hui, les résultats d’une deuxième enquête, conduite du 15 au 22 juin, livrent leurs enseignements.

 

Comme pour la première consultation, l’Observatoire de l’économie et des territoires, en collaboration avec lAgence de Développement Touristique Val de Loire - Loir-et-Cher, s’est plus particulièrement penché sur les réponses apportées par les professionnels du Loir-et-Cher. Cette photo, prise à l’instant T grâce aux 303 structures qui ont renseigné le questionnaire (21,8 % des établissements contactés) révèle des signes de reprise timides, les niveaux de fréquentation et d’activité étant encore trop faibles pour permettre un retour  à l’équilibre économique.

 

Quelques enseignements en synthèse :

Chiffres clefs

chiffresclefInternetImpacVague2

  • Une reprise très progressive de l’activité au gré des différentes phases du déconfinement : le 21 juin, 1 répondant sur 5 n’avait pas encore repris son activité.
  • De lourdes pertes économiques : 82 % des répondants ont indiqué avoir perdu plus des ¾ de leur chiffre d’affaires au cours de cette période. Pour près de 4 professionnels sur 10, le manque à gagner atteint les 100 %.
  • Une fréquentation jugée décevante : la moitié des répondants a enregistré moins de 25 % de son volume de fréquentation habituelle depuis sa réouverture.
  • Des réservations encore peu nombreuses : pour 6 répondants sur 10, l’état de leurs réservations pour juillet et août est très en deçà du niveau de l’an dernier (inférieur à 50 %). Ils sont près de 76 % à être pas ou peu satisfaits de cette situation.
  • De grandes inquiétudes pour l’avenir : 76 % des professionnels manifestent toujours des craintes  pour la survie de leur entreprise. Ainsi, au 21 juin, 5 % d’entre eux avaient ou envisageaient de procéder à des licenciements économiques – 7 établissements, principalement des hôtels et des restaurants.

 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.