La lecture publique dans les communes de moins de 10 000 habitants en 2012

Le réseau de la lecture publique en Loir-et-Cher continue de se structurer, conformément aux objectifs du Plan fixés en 1999 par le Conseil général. L’année 2012 a été marquée par l’ouverture de la neuvième médiathèque «tête de réseau» à Montoire-sur-le-Loir. Le réseau regroupe à présent 130 antennes réparties dans les 7 secteurs de lecture du département (disposant chacun d’au moins un équipement structurant). 67 % des 288 communes de moins de 10 000 habitants du Loir-et-Cher concernées par le plan sont désormais couvertes, soit 74 % des habitants.


La compétence des équipes s’est accrue : plus de la moitié des antennes sont gérées par du personnel qualifié ou ayant reçu une formation (54 %). Globalement, 1 personne sur 5 est  formée.

Le réseau de lecture publique s’appuie toujours très largement sur les bénévoles (9 pour 1 salarié).

Avec 125 m² en moyenne, la superficie des antennes qui disposent de leurs propres locaux croît elle aussi. Quatre sur dix bénéficient d’au moins 100 m².

En 5 ans, on est passé de 7 à 8 heures d’ouverture hebdomadaire en moyenne ; les antennes qui emploient des salariés ont des plages horaires plus étendues (13 h contre 5 h 30 pour celles qui s’appuient sur des équipes de bénévoles).

L’informatisation du réseau est sans doute le domaine qui a le plus progressé, il est à rapprocher du travail effectué pour développer les points net. Deux structures sur trois disposent de l’un des trois équipements suivants :
logiciel de gestion, poste multimédia ou accès public à Internet (contre la moitié en 2011).

L’offre documentaire est constituée de près de 600 000 documents (543 000 livres, 41 000 CD et 14 000 DVD). Son volume augmente quel que soit le type de support (+ 14 % en 5 ans pour les livres, + 33 % pour les CD, + 53 % pour les DVD). 30 % de cette offre correspond aux dépôts provenant de la direction de la Lecture Publique. 272 000 euros ont été consacrés en 2012 par le réseau à l’acquisition de 20 500 documents, essentiellement des livres (97 %).

Le réseau compte 22 700 adhérents, ce qui correspond à 13 inscrits pour 100 habitants couverts. Ils ont effectué plus de 555 000 emprunts au cours de l’année 2012, soit 25 documents (tous supports) en moyenne par adhérent. Après une baisse des effectifs d’abonnés de 2007 à 2010, la tendance est à l’augmentation (+ 2,5 % sur les 5 années : hausse due à l’accroissement du nombre d’enfants de moins de 15 ans inscrits qui compense la baisse touchant toutes les autres catégories de lecteurs). Ils empruntent davantage de documents en 2012 qu’en 2005. De fait, le nombre de prêts gérés par les antennes augmente régulièrement. Les médiathèques “têtes de réseau” ont géré 23 000 prêts en moyenne au cours de l’année contre 700 pour les points lecture (5 300 pour l’ensemble du réseau).

Lire la suite en téléchargement

Les récents travaux menés sur le territoire du Pays des Châteaux, par la commission «services à la population» ou dans le cadre de l’élaboration de l’Agenda 21, ont pointé des carences et besoins dans les domaines de la petite enfance, de l’enfance et de la jeunesse. Parallèlement, les nouvelles dispositions législatives sur les changements de rythmes scolaires nécessitent une restructuration importante de l’accueil et des activités périscolaires.

Cette étude dresse un état des lieux de l’offre existante, donne une approche des besoins, identifie les secteurs les moins équipés. L’objectif de ce diagnostic est d’apporter des éléments de réflexion sur l’organisation territoriale des politiques petite-enfance, enfance ainsi que pour la mise en place de la réforme, un large volet étant consacré à l’organisation scolaire et périscolaire. La problématique « jeunesse » n’est pas abordée dans ce document.

Télécharger l'étude

Cet atlas cartographique départemental permet de visualiser et de télécharger plus de 70 cartes légendées et regroupées dans 6 grandes  thématiques :

Les dynamiques démographiques

Les logements

Les dynamiques économiques

Les ressources humaines

Le marché du travail et de la précarité

Mobilité & services

Chacune d'entre elles est réalisée sous la même charte graphique et comprend 3 graphiques permettant notamment de positionner pour chaque indicateur les communautés de communes ou d’agglomération, les pays, les arrondissements, le Loir-et-Cher, la région Centre et la France métropolitaine.

Esquisse d'un portrait socio-économique de la Beauce, dressée par Lionel Henry, directeur de l’Observatoire, à l’occasion de la Soirée de lancement de Loir-et-Cher 2020 l'expo part en tournée, le 21 février 2014 à Oucques.

(pour visualiser la présentation en plein écran, cliquer sur le bouton situé en bas à droite)

Commentaires de la présentation

Retrouver l'ensemble des cartes et des graphiques de cette présentation dans l'Atlas socio-économique du Loir-et-Cher.

Au 1er janvier 2014, les périmètres des communautés de communes ont changé : regroupements, dissolution, adhésion de communes jusque-là isolées.

  • Les cartes générales 2013 et 2014 sous forme de diaporama



Vous pouvez également visualiser la façon dont ces communautés se sont construites au fil des années

(Pour voir les présentations en plein écran, cliquer sur le bouton en bas à droite de la présentation.)

Le moral des dirigeants s'effrite de nouveau


Les anticipations des dirigeants recueillies lors de l'enquête du mois de juin se sont malheureusement vérifiées. L'activité ne redécolle pas ; elle aurait même tendance à s'effriter peu à peu. Bien sûr, on trouve ici ou là des entreprises qui se portent bien, qui exportent, qui ont des carnets de commande bien remplis, mais ce sont des exceptions. Majoritairement, les chiffres d'affaires se contractent. Depuis plusieurs trimestres, le commerce de gros est le secteur qui semble le plus souffrir de ce marasme, du fait de sa très grande dépendance vis-à-vis du niveau d'activité des autres branches (au même titre que le transport).


Chez nos répondants, la situation financière s'est dégradée au cours de l'été. Les entreprises de services, souvent de petite taille, sont les plus fragilisées. Les responsables ont à faire face de plus en plus souvent à l'allongement des délais pris par leurs clients pour régler les factures.


L'investissement pâtit inévitablement de cette conjoncture morose. La proportion des établissements opérant des reports croît petit à petit ; pour cette enquête, elle atteint 7 sur 10. Les efforts d'innovation sont également mis à mal. Dans la mesure du possible, les entreprises tentent cependant de les maintenir, voire de les intensifier quand elles en ont la possibilité. La taille et la surface financière jouent alors un rôle nettement plus important que le secteur. Le positionnement sur un marché plus vaste que le territoire local ou national probablement aussi. On remarque en effet que les entreprises exportatrices (peu nombreuses il est vrai) ont connu davantage de succès au cours des derniers mois que précédemment.


Depuis le printemps, les retombées négatives sur les effectifs permanents se font sentir plus pesamment ; la tendance s'est confirmée, voire amplifiée, durant l'automne. La construction est particulièrement confrontée à ces réductions de postes, y compris non permanents. Le recours au chômage partiel se maintient à niveau marginal.


Les prévisions pour les prochains mois sont à l'image de l'activité passée et ne laissent entrevoir aucune amélioration. Les carnets de commande ne se regonflent pas, en particulier dans le commerce de gros et les services. La majorité des dirigeants s'attendent à une activité de nouveau en baisse, ce qui aura pour conséquence de nouvelles coupes dans les effectifs temporaires. Plusieurs d’entre eux pensent même que la survie de leur entreprise est en cause. Le moral s’effrite de nouveau ; le sentiment général est au pessimisme dans de larges proportions et ce pour la cinquième enquête consécutive.

(lire la suite en téléchargement)

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.