Revue de presse du colloque du 20 avril 2015 "Loir-et-Cher, Territoire à venir, Territoire d'avenir"

  • Quel avenir pour nos territoires ? - telecharger en pdf - La Nouvelle République (16/04/2015)
    Lors d’un colloque organisé par l’Observatoire 41, le Loir-et-Cher sera détaillé par le menu.

L’Observatoire de l’Economie et des Territoires propose un premier regard panoramique de la situation du Loir-et-Cher observé à travers le prisme du développement durable. Il s’appuie pour cela sur les indicateurs le plus souvent utilisés au niveau national, ce qui permet une comparaison avec les autres départements français. Ces résultats sont présentés pour les défis autour desquels s’articule la Stratégie Nationale de Développement Durable 2010-2013. Il s’agit d’un état initial, cette analyse ayant vocation à être actualisée et enrichie notamment pour tenir compte des évolutions portées par la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable (SNTEDD) 2015-2020.


Télécharger l'étude complète

  • Globalement, le Loir-et-Cher semble bien placé ou sur la bonne voie pour une grande partie des indicateurs retenus.
  • Espérance de vie et revenus sont dans la moyenne nationale. La situation de pauvreté reste limitée.Les risques, naturels ou technologiques, apparaissent bien identifiés et évalués. Les phénomènes exceptionnels (tempêtes, grandes inondations) ont peu touché le département au cours des dernières décennies.
  • Malgré de lourdes pertes d’emploi en 2012 et 2013, l’économie départementale présente un bilan positif sur les 10 dernières années, contrairement à l’ensemble de la région. Le nombre de demandeurs d’emploi est en augmentation, mais le taux de chômage reste contenu.
  • Sur le plan strictement environnemental, les nombreux outils mis en place, dont Natura 2000, apportent des connaissances et des moyens de préservation efficaces de la biodiversité et des paysages. Toutefois, l’inventaire du patrimoine naturel doit être poursuivi. L’artificialisation des sols est moins forte qu’en France Métropolitaine ; il s’agit de préserver cette avance par une maîtrise optimale de l’urbanisation.
  • Le Loir-et-Cher se place dans la moyenne pour le volume de déchets ménagers produits, mais une part de plus en plus importante de ceux-ci est orientée vers le recyclage ; les objectifs fixés en ce domaine au niveau national pour 2015 sont a priori tenables.
  • Ce bilan fait toutefois ressortir des points à améliorer. Dans le domaine énergétique en premier lieu : recours plus fréquent qu’ailleurs à la voiture individuelle, parc automobile polluant, logements énergivores, faible production d’énergies renouvelables.
  • La démographie médicale fait peser un risque important sur l’offre de soins.
  • L’eau constitue également un élément à surveiller de près, tant dans la gestion des prélèvements que dans celle de la qualité.
  • L’inclusion sociale des jeunes apparaît comme une préoccupation majeure : parmi les 18-25 ans sortis du système scolaire, 1 sur 4 n’est ni en emploi, ni en formation. De surcroît, la part des jeunes titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur est plus faible qu’ailleurs.
  • Collectivement ou individuellement, les Loir-et-chériens s’engagent en faveur d’un développement plus durable. Agendas 21, Plan Climat Energie, politique de déplacements doux, objectif zéro pesticides, Plate-forme Alternative d’Initiatives en Santé, circuits courts, démarches participatives… autant d’initiatives qui en témoignent.

Projet porté par l’Observatoire de l’Economie et des Territoires du Loir-et-Cher, avec le soutien financier du Conseil départemental de Loir-et-Cher, d’Agglopolys, du Grand Chambord, de la Caisse d’Epargne Loire-Centre, d’Électricité Réseau Distribution France, des fonds FEADER par les programmes LEADER des GAL des Châteaux, de Grande Sologne et Ressources 41.

  • La réforme électorale qui a abaissé de 3 500 à 1 000 habitants le seuil d’application du mode de scrutin a fait progresser la parité dans les conseils municipaux.
  • En Loir-et-Cher, la part des femmes conseillères municipales aux dernières élections est de 41,1 % contre 36,6 % en 2008.  Elle est légèrement supérieure à la moyenne nationale (40,3 %) mais la parité est encore loin.
  • Ce taux de représentation est d’ailleurs nettement plus bas dans les instances communautaires (33,7 %, en progression de 10 points par rapport à 2008) et on ne compte que 19,6 % de femmes maires. Là aussi le Loir-et-Cher fait cependant mieux que la région Centre et la France.
  • Deux territoires apparaissent mieux classés pour le nombre de représentantes au sein des conseils municipaux et communautaires : les pays des Châteaux et de la Vallée du Cher et du Romorantinais.

Observatoire du développement durable

Part des femmes... (en %)

Territoire

...élues au sein des conseils municipaux

... élues au sein des conseils communautaires


maires


Elections 2008

Elections 2014

Elections
2008

Elections de 2014

Elections de 2008

Elections de 2014

Beauce Val de Loire

33

38,5

21,4

29,9

14

18,6

Vendômois

33,4

38,2

21,4

33,2

17,1

22,9

Grande Sologne

38,3

42,4

19,7

35,5

16

16

Châteaux

39,2

43,4

26,1

36,8

12,3

18,5

Vallée du Cher et du Romorantinais

39,5

43,6

26

32,7

17

17

Agglopolys

39,6

43,2

25

37,4

10,4

20,8

Loir-et-Cher

36,6

41,1

23,1

33,7

15,5

19,6

Centre-Val de Loire


41,6*



14,2**


France métropolitaine

35***

40,3*



13,9**


Sources : Observatoire de l'Economie et des Territoires de Loir-et-Cher - Annuaire des Elus - avril 2014 - (Hors Epieds-en-Beauce et Charsonville pour les maires et les conseils municipaux)  - * Observatoire des votes **INSEE - SOes - *** Observatoire de la parité




Les élections municipales dans les communes de plus de 1 000 habitants
Dans toutes les communes, les conseillers municipaux sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de 6 ans. Dans les communes de1 000 habitants et plus, les conseillers municipaux sont élus au scrutin de liste à deux tours, selon un système mixte combinant scrutin majoritaire et scrutin proportionnel. Chaque liste est composée alternativement d’un candidat de chaque sexe.
La loi sur la parité ne s’applique pas dans les communes de moins de 1 000 habitants.

Retrouver les résultats de l'enquête qui s'est déroulée du 20 octobre au 12 décembre 2014.

962 acteurs du tourisme ont été sollicités.  470 réponses collectées, 645 prestations concernées. Un taux de retour de 47 %.

Les acteurs touristiques de Loir-et-Cher ont très largement investi le web dans leur activité. Ils sont globalement bien équipés au niveau informatique et les ¾ des répondants possèdent leur propre site Internet. 

Ils sont également présents en ligne via les sites de leurs partenaires.




Télécharger la version en PDF


Télécharger la synthèse en PDF

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.